Les instruments de musique

Le berimbau

C’est l’instrument de musique principal de la capoeira, celui qui commande la ronde.

Le berimbau est composé des éléments suivants :

  • La « verga » : un bâton en bois, courbé de 15 à 25 mm de diamètre, et de 1,20 m à 1,50 m de longueur. Le « biriba » est le bois dominant pour sa réalisation, mais, en réalité, cela peut être fait avec tous les bois du moment que celui-ci est à la fois solide, souple et léger.
  • L’« arame » : un fil d’acier à ressort (l’armature de vieux pneus) tendu entre les extrémités de la « verga ».
  • La « cabaça » : une calebasse sèche, évidée et ouverte, munie d’un anneau de ficelle (appelé « barbante », nom de la matière, et « prizilha » lorsqu’il est sur le berimbau) à l’opposé de son ouverture, que l’on enfile sur la partie inférieure de la « verga » et de «l’arame » pour servir de caisse de résonance.
  • La « baqueta » : une baguette généralement de bois, de quelques dizaines de centimètres pour frapper la corde.
  • Le « dobrão » : une pierre ou un jeton de métal.
  • La «caxixí» : tenu par le musicien dans la même main que la baguette. Il est fabriqué de « junco » tressé (sorte de rotin), sur un morceau de calebasse. Son intérieur y est rempli d’une trentaine de graines appelées « tento ».

ber-parts
Au cours de la roda, on utilise souvent un jeu de trois berimbaus qui se différencient par leurs sonorités.

berimbau-valmir-taipoca
– Le premier appelé « Gunga » possède une calebasse volumineuse. Sa sonorité est plutôt grave et très puissante. C’est lui qui donne le rythme de base qui devra être suivi par les autres berimbaus.
– Le second est appelé « medío ». Sa calebasse est un peu moins volumineuse mais son volume sonore reste puissant. Le joueur qui joue du medío peut effectuer des variations pour modifier un peu le rythme établi par les autres instruments.
– Le dernier s’appelle « viola » et possède la plus petite des trois calebasses.
Sa sonorité est bien moins grave et permet au joueur d’effectuer de nombreuses variations sans étouffer le rythme principal.

L’atabaque

Il fût le premier instrument utilisé dans la capoeira, bien avant le berimbau. Tout en bois, cet instrument à percussions ressemble à un long tambour conique. Il serait d’origine arabe, introduit en Afrique par les marchants qui entraient dans le continent en traversant les pays du Nord. C’est un instrument que l’on joue à pleine main pour obtenir des notes claquées ou toniques. Il n’y a qu’un atabaque dans une roda de capoeira. Il doit accompagner les berimbaus, non les dominer.
L’atabaque maintient le rythme du jeu. Le gunga dicte la vitesse et le type du jeu, mais l’atabaque maintient ce rythme même lors d’une variation occasionnelle du gunga. C’est le battement de coeur de la roda.

Il y a trois types d’Atabaques :

  • Rum: le plus grand avec un son plus grave.
  • Rum-Pi: taille moyenne.
  • Lê: le plus petit avec le son le plus aigu.

atabaques1

Le pandeiro

Le pandeiro est un tambourin à cymbalettes, qui permet d’obtenir une rythmique très spécifique qui soutient le rythme principal. Le joueur qui tient le pandeiro peut effectuer des variations et des envolées de rythmes qui donnent encore plus d’énergie à la roda.

220px-Pandeiro_new_30-09-07

L’agogô

C’est un instrument originaire d’Afrique composé d’un fruit appelé castanha do brasil, de tailles différentes clouées sur un bâton.

castanha_feliperau288

castanha do brasil

Il peut également être composé de deux petites cloches en matériau plus récent. L’agogô émet des sons en étant frappé au moyen d’une baguette (en bois ou de métal).

1e129-DoubleAgogo 5a_jpg

Le reco-reco

Il est traditionnellement fabriqué à partir d’une tige creuse comme le bambou (environ 30 cm de long).
Sa surface ondulée est grattée avec une baguette pour créer un son aigu, mais granuleux.

hqdefault

Share This